Aller au contenu principal

Tout savoir sur la pause déjeuner

La pause-déjeuner est un laps de temps durant lequel le salarié est libre de vaquer à ses occupations personnelles. Le salarié est totalement libre de faire ce qu’il veut, durant sa pause-déjeuner : manger, se reposer, faire des courses, faire du sport, etc.

Quelle est la durée de la pause-déjeuner ?

La pause-déjeuner peut aller de 30 minutes à 2 heures, et ce, selon les accords entre l’employeur et les salariés. Le temps de pause peut, également, être dicté par la convention collective. La plage horaire de la pause change selon l’entreprise, même si elle commence généralement à midi et se termine à 14 heures (pour les entreprises qui accordent 2 heures de pause). L’employeur a la totale liberté d’imposer à ses salariés la plage horaire des pauses. Si c’est le cas, ceci est en principe mentionné dans le contrat de travail ou bien dans le règlement intérieur de la société.

Flexibilité de la pause-déjeuner

Les salariés qui désirent terminer un peu plus avant le travail, en fin de journée, peuvent demander une autorisation pour réduire leurs temps de pause. L’employeur a le libre choix d’accepter ou de refuser cette demande.

Les salariés peuvent également grignoter le temps de la pause-déjeuner pour terminer ou avancer sur le travail, mais ceci n’est pas considéré comme heures supplémentaires et n’est donc pas rémunéré. En effet, la pause-déjeuner n’est pas un temps effectif de travail, elle n’est donc pas rémunérée si le salarié décide de travailler ou de manger devant son ordinateur ou sa machine

D’après une étude faite par des chercheurs de l’Université Aston, à Birmingham, les salariés qui décident de travailler durant leurs pauses offrent 128 heures de travail gratuites à l’entreprise, ce qui est équivaut à 16 jours de travail.

Dans quel cas la pause-déjeuner est rémunérée ?

Elle est rémunérée si c’est l’employeur qui demande au salarié de rester au travail, durant la pause. Dans ce cas, la pause-déjeuner est considérée comme un temps effectif de travail et donne lieu à une indemnisation financière, au même titre que les heures supplémentaires.