Aller au contenu principal

Préparer un entretien d'embauche

Vous avez postulé. On vous a appelé. Le plus dur commence : l’entretien d’embauche, un des moments probablement les plus stressants de votre vie. Et pourtant, ce n’est pas si compliqué, il suffit de bien s’y préparer. Voici quelques conseils de base.

 

L’entretien d’embauche : une question d’anticipation

Rien n’est pire qu’un candidat se présentant à un entretien d’embauche sans connaître parfaitement la mission et l’entreprise pour laquelle il postule. La première chose à préparer est donc simplement de se renseigner sur l’entreprise ciblée, son positionnement, son métier, ses dernières actualités (un nouveau contrat important, une fusion, une acquisition, etc.), et ses produits / services. Il faut également bien garder en tête le périmètre de la mission proposée. Il arrive parfois qu’en début d’entretien, le recruteur vous pose la question suivante : « Qu’avez-vous compris du poste à pourvoir ?». Si vous ne savez pas quoi répondre, inutile d’aller plus loin… Mais si votre lettre de motivation a été correctement rédigée, c’est-à-dire spécifiquement en fonction de l’offre, il ne devrait pas y avoir de problème ! Outre les questions sur le poste à pourvoir ou l’entreprise, il peut être utile de préparer les quelques questions « tarte à la crème » comme : votre principale qualité, votre principal défaut, etc. (voir article sur les questions lors d’un entretien d’embauche), histoire de ne pas être pris au dépourvu.

L’entretien d’embauche : préparer vos armes pour faire la différence

Répondre aux questions avec perspicacité, correspondre au profil recherché ne suffit souvent pas. Sur les postes les plus demandés, il faut savoir montrer ses atouts par rapport à la concurrence lors de l’entretien d’embauche. Pour cela, l’arme absolue vient souvent des pièces complémentaires à votre CV. Au minimum, on pourra citer les lettres de recommandations des anciens employeurs, qui peuvent rassurer le recruteur sur votre sérieux et vos compétences. N’hésitez donc pas à solliciter vos anciens « n+1 » pour obtenir d’eux ces documents, ils sont souvent utiles, surtout lorsque votre activité n’implique pas de « création » dont vous pouvez facilement garder une trace. Justement, l’autre arme à ne pas négliger est « l’exemple concret ». Dans de nombreux métiers, on vous jugera plus sur vos réalisations que sur vos titres. Si vous êtes illustrateur, rédacteur, webdesigner, cela peut prendre la forme d’un « book ». Si vous êtes programmeur, cela peut prendre la forme d’un logiciel de démonstration, d’un site internet, etc. En bref, à chaque fois que vous pouvez prouver votre compétence par une réalisation concrète, montrable lors de l’entretien, ne soyez pas modeste, préparez ces contenus et foncez !

L’entretien d’embauche : avoir l’air de ce que l’on est

Lors d’un entretien d’embauche, le recruteur doit pouvoir, dès les premières secondes, se projeter dans des situations réelles professionnelles à vos côtés. Ainsi, votre présentation physique, notamment dès la première impression, doit coller avec le rôle que vous souhaitez occuper dans l’entreprise. En effet, lors d’un entretien d’embauche, l’adage « l’habit ne fait pas le moine » est la plupart du temps assez faux. Cela peut paraître tristement superficiel mais chaque secteur a ses codes, et mieux vaut s’y conformer pour une intégration rapide. Renseignez-vous donc sur le secteur et ses codes pour ne pas commettre d’erreur de présentation lors de l’entretien (ex : le costume / cravate obligatoire dans le secteur bancaire, la chemise à fleur chez Google, etc.).