Actualites-web - Le site Btob

Licenciement et chômage

Licenciement et chômage: 5.0 sur 5 sur la base de 1 votes.

Par définition, le licenciement est la rupture d'un contrat de travail à durée indéterminée à l'initiative de l'employeur. Un licenciement peut avoir plusieurs causes : un plan social dans le cadre d'un licenciement économique, pour insuffisante professionnelle, pour faute grave ou faute lourde, pour inaptitude médicale suite à une maladie, un accident, une maladie professionnelle ou un accident du travail.

Droit au chômage après un licenciement

Quelle soit la cause de votre licenciement, vous pourrez prétendre à l'Allocation de Retour à l'Emploi, ARE ou à une autre allocation versée par Pôle Emploi selon votre situation.

Même dans les cas de licenciement pour faute grave ou pour faute lourde, vous ne perdez pas votre droit aux indemnités chômage.

Pour rappel, les indemnités chômage sont versées si vous n'avez pas quitté volontairement votre emploi, c'est le seul cas avec la démission.

Vous devez être apte physiquement à exercer un emploi. En cas de maladie, l'ARE est en principe remplacée par une allocation journalière versée par la sécurité sociale. Vous devez être inscrit comme demandeur d'emploi ou suivre une formation agréée.
Vous devez être à la recherche permanente et effective d'un emploi auquel cas vous risquez la radiation de Pôle Emploi et l'arrêt des versements de l'ARE. Vous ne devez pas avoir atteint l'âge légal de départ à la retraite.

La démarche pour avoir droit à des indemnités chômage

A la suite de votre licenciement, vous devrez donc vous inscrire à Pôle Emploi. Un dossier spécifique est à remplir et une première convocation pour un entretien vous sera transmise.

Par la suite, votre dossier de demande d'indemnités chômage sera étudié puis une notification d'attribution ou non de l'ARE ainsi que son montant vous seront communiqués par courrier.

Le versement de l'ARE est décalé après des délais de carence. Une carence pour congés payés est tout d'abord respectée, elle correspond aux jours de congés payés et non pris. Une carence pour indemnités de rupture est aussi prise en compte, elle correspond aux sommes versées par l'employeur en plus des indemnités légales. Cette carence ne peut dépasser 75 jours.

Donnez une note à cet article
(1 Vote)

Copyright Actualites-web.com 2012

Top Desktop version