Actualites-web - Le site Btob

Tout savoir des revenus fonciers en 2013

Les revenus fonciers sont des revenus issus de la location de biens immobiliers nus (et non meublés). Ces revenus sont globalement imposables. Il existe cependant deux méthodes pour les déclarer : le régime micro-foncier (uniquement si les revenus bruts ne sont pas supérieurs à 15 000 euros par an) et le régime « normal » ou de droit commun.

Les revenus fonciers disposent chacun de leur propre règle de calculs et notamment de la manière de calculer les abattements possibles.

Le régime micro-foncier

Il est nécessaire de bien faire la différence entre revenus fonciers  retenus pour le calcul de l’impôt et revenus fonciers bruts.  Le montant de 15 000 euros de revenus fonciers à ne pas dépasser, comprend la totalité des revenus fonciers du propriétaire et non pas 15 000 euros par an et par bien !

Contrainte supplémentaire, il ne faut pas qu’en tant que propriétaire vous soyez engagé dans un dispositif de défiscalisation autre à savoir : Besson, Borloo, Malraux, … Si tel est le cas, vous pouvez déduire 30 % sur le montant total des revenus fonciers.

Attention cependant, l’application de cet abattement ne vous permet pas de déduire d’autres dépenses d’ordre à entretenir votre bien.

Le régime réel ou classique

C’est le régime adopté par défaut. Ce régime permet de déduire des revenus locatifs/fonciers :

  • Les frais de gestion, administration,
  • Les frais de gestion administratifs : timbres, enveloppes, papier, éventuellement du petit mobilier.
  • Les cotisations assurances,
  • De coût des travaux d’entretien ou de réparation. Il s’agit de tous les travaux nécessaires pour permettre au bien immobilier de continuer à être loué dans des conditions raisonnables.

A savoir : les dépenses faites pour réaliser les diagnostics obligatoires entrent dans les dépenses d’entretien (qui sont déductibles).

Donnez une note à cet article
(0 Votes)

Copyright Actualites-web.com 2012

Top Desktop version